Festival 2015 : l’apothéose !

soiree castellet piano

Le récital de piano présenté par les Soirées du Castellet, a clôturé, le 13 août dernier au Village, en une véritable apothéose le Festival 2015. Il faut dire que la grande interprète qu’est Marie-Josèphe Jude n’aura ménagé ni son talent ni son temps en livrant, près de deux heures durant, toutes les facettes de son art à un public littéralement conquis.

D’emblée, « Papillons » Opus 2 de Schumann donnait le ton et plongeait la place du Champ de Bataille en plein romantisme tandis que Chopin et sept de ses « Nocturnes » distillaient leur mélancolie, celles-ci admirablement servies par la sensibilité et la maîtrise de l’artiste.

La seconde partie du programme, toute en contraste, plus contemporaine et soutenue par l’acoustique des lieux, témoignait de l’étendue du registre de Marie-Josèphe Jude. Ravel, d’abord, avec trois des cinq pièces de «Miroirs» - Oiseaux tristes, Barque sur l’océan et Alborada del gracioso – amenait l’auditoire, toujours sous le charme, en plein impressionnisme. S’enchainaient, ensuite, trois danses argentines de Ginastera pour couronner, cette soirée récital, par des notes plus enlevées.

Longuement applaudie, bissée, Marie-Josèphe Jude s’est volontiers prêtée, ensuite, à converser en toute simplicité avec ses admirateurs autour d’un verre de Bandol rosé.
Un grand bravo, également, à toute l’équipe des Soirées du Castellet et à sa présidente, Nicole Gévaudan, qui a rappelé que cette ultime représentation de la saison avait été dédiée à son défunt et regretté époux, François Gévaudan, créateur du Festival.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.
En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts